mariedrouot

L’ARTISTE

MarieDrouot001

D’origine coréenne, née à Séoul, je suis arrivée en France à l’âge de 8 ans. Comme je ne parlais pas la langue française, j’ai trouvé, dans un atelier de poterie, un média de substitution: la terre. J’ai découvert le modelage, la cuisson ou encore l’émaillage.

Dès mes premiers contacts avec l’argile, j’ai été fascinée et happée par sa texture et ses propriétés. Cette terre malléable devient alors, pour moi, une véritable passion. En 1994, je m’oriente vers les formations de céramique. Au Lycée de Sèvres, dans la section arts appliqués, option formes céramiques, je découvre la conception du volume et la céramique d’art, un mode d’expression artistique différent de l’artisanat. Je poursuis mes études à l’Ecole supérieure des arts appliqués Duperré en 1997. J’effectue ensuite des stages dans plusieurs ateliers, ainsiqu’une formation de tournage au centre des métiers de potier à Saint-Amand-en-Puisaye.

Pendant deux ans, j’entreprends alors un voyage initiatique en allant à la rencontre de potiers du monde entier, du Mexique au Portugal en passant par la Corée. Je découvre aussi le savoir-faire d’artisans français dans des villages comme Saint-Quentin la Poterie, Dieulefit, Cliousclat ou encore Aubagne. A leur contact, je me suis enrichie en m’imprégnant de leurs techniques, leur gestuelle, leur maîtrise de l’argile et de la cuisson des fours. J’ai ouvert mes yeux et mon cœur. J’ai échangé et partagé avec eux dans le langage universel et passionnel qu’est la terre.

En 2002, je crée mon propre atelier de céramique. Seule avec la matière, je poursuis mes expériences et mon apprentissage. J’étudie, observe, note, croise les résultats tel un chercheur qui expérimente, dans son laboratoire, les formes et les couleurs. C’est dans cette démarche d’expérimentation que naissent mes premières pièces.

J’acquiers alors une certitude : la céramique exige de la patience et de l’humilité. Si la maîtrise de la cuisson, les connaissances techniques sont fondamentales pour travailler cette matière, il faut aussi reconnaître une part de surprise, d’imprévisibilité  dans la transformation de la matière organique. Indomptable, la terre n’en finira jamais d’être fascinante.

Les commentaires sont fermés.